Archives quotidiennes :

La ville nuage

« Ce qui fait la ville moderne, ce n’est alors plus le stock d’habitants mais la densité de cette aléatoire rencontre* et sa diversité. Le flux mobile importe plus que le stock sédentaire. Mais comme il nous manque encore un indicateur pour dire la densité de cette aléatoire rencontre, on continue à hiérarchiser les villes selon leur stock de peuplement. Pourtant, ce n’est pas de la que viennent la vitalité, la créativité et l’art de vivre, mais du grand brassage des diversités. » Jean Viard,Futuribles n354

*Ascher Francois, Les nouveaux Principes de l’Urbanisme, La Tour d’Aigues : éd. de l’Aube, 2008